Le côté humain du droit pénal

Même si le droit pénal a pour but principal la punition d’un acte antisocial, sachez que cette branche juridique vise aussi la protection de l’individu. En effet, il existe plusieurs principes qui permettent de donner plusieurs droits à un accusé. Par exemple, il y a la règle du procès équitable et le principe du droit à la défense. C’est-à-dire que l’accusé pourra se prononcer devant une juridiction impartiale afin de motiver ses faits et gestes. Le seul problème est que cela va changer, puisque le droit pénal est amené à évoluer avec la société. Rien n’est donc acquis.

Le droit pénal perd peu à peu son humanisme

Avec les avancées énormes en robotiques, sachez que d’ici peu de temps, ce sera une intelligence artificielle qui se chargera des procès. Pour le moment, on est encore loin de cette vision, mais d’ici quelques années, ce sera possible. D’ailleurs, sachez qu’il existe une machine spécifique qui permet de faire le travail d’une dizaine d’avocats en une minute. Cela veut dire qu’une intelligence artificielle est plus performante que plusieurs humains sur une tâche précise. Selon les spécialistes, d’ici plusieurs années, l’intelligence artificielle sera très présente dans nos vies. Mais cela engendre quelques questions d’éthiques. En effet, c’est assez difficile de donner une légitimité à une machine. Dans tous les cas, le droit pénal va connaître un bouleversement assez conséquent. D’ailleurs, le rôle de la technologie dans le droit fait toujours l’objet d’un vif débat. Bref, si l’on a un problème judiciaire : un avocat spécialiste du pénal à lyon pourra être la solution.

Le changement de rôle du droit pénal dans la société

Une autre actualité qui fait débat, c’est que le droit pénal n’est plus la branche juridique dissuasive. La punition et les incarcérations deviennent importantes. Cela veut dire que la société est devenue un peu plus ferme vis-à-vis des criminels. Le problème est que cela ne va pas faire diminuer le nombre de crime et de délits. Au contraire, on constate une nette augmentation de la criminalité. La question qui se pose alors est de savoir la meilleure solution face à cela. Dans la majorité des cas, il faut donner plus de prépondérance aux peines alternatives. Par exemple, il faut que les auteurs des délits mineurs fassent énormément de travaux d’intérêt général. Il faut aussi qu’il y ait plus de centres de redressement. Cela va ainsi remettre les criminels sur le bon chemin. Cela peut paraître simple, mais en réalité c’est assez complexe.